Esprit sauvage : Lettre N°23

Pourquoi l’Alimentation Vivante ?

    Pour moi, l’aliment vivant n’est pas qu’une question de goût ni un choix de santé mais un chemin de conscience !

L’aliment distraction ou l’aliment communion ?

L’aliment cuit et cuisiné est une dépendance, un laboratoire de goûts artificiels, une invention de l’homme, un passe-temps !

L’aliment vivant, originel sans aucune transformation est une communion avec les éléments de la nature, c’est plus qu’un plaisir, c’est une jouissance de la quintessence de la vie ! Manger vivant c’est respecter le cycle de la vie, faire partie de la vie, expérimenter l’état fusionnel entre l’Humain et la Terre.

Recréer ce lien sacré en croquant la vie est une richesse pour la santé.

L’aliment cuit nous sépare et nous isole de toutes les vibrations positives et nourricières du Vivant et la maladie s’installe à plus ou moins grande vitesse en fonction de chacun, de son tempérament, de l’état de ses humeurs, de son esprit. L’alimentation vivante n’est pas une mode même si elle est en vogue actuellement, mais face à l’accélération des maladies profondes, la conscience met son grain de sel pour nous inviter à revenir à la Source, à nos origines, à notre Soi (voir Feuille de Bambou N°64).

            La vie nous fait prendre bien des détours (expérimentations) pour retrouver notre voie. Les fruits sont plus rarement cuisinés, ils sont le plus souvent consommer entiers alors que les légumes sont plus utilisés pour cuisiner. Manger la salade sans sauce, croquer une carotte, un concombre ou une endive est parfois source de moqueries. Alors qu’un poulet à la broche fait partie du décor de la société et choque peu de personnes.

L’aliment cuit crée des habitudes, des conditionnements et mène directement à l’inconscience de nos gestes et de nos actes. L’aliment vivant c’est beau et bon !

            SANTE – BEAUTE – UNITE sont sur le sentier des arbres fruitiers et nulle part ailleurs !

            Bien sûr qu’on peut manger cuit mais en conscience !!!

            La conscience c’est l’abondance, la richesse, l’impermanence.

Les conserves sont le jeu du mental qui a toujours peur de perdre !

Mon fruit préféré et mon aliment quotidien est l’avocat ! J’aime ! Quand la saison arrive avec ses guirlandes de couleurs et saveurs douces, c’est mon régal, c’est l’aliment béni.

Juste une photo d’un repas partagé avec mon fils pour vous donner envie ! C’est dans les couleurs que se trouvent toutes les vitamines et tous les minéraux nécessaires à notre équilibre ! Depuis 43 ans j’ai choisi et je choisis avec joie l’aliment vivant !

Danièle Azout Malinalli (Mai 2017)
www.goutsauvage.com

Esprit Sauvage : Lettre N°22

Dès qu’on parle de Santé, on pense à l’épuration c’est le bon sens de commencer par libérer le corps de ses surcharges. Mais je remarque que de nombreuses personnes associent la désintoxication avec la revitalisation.

Le corps ne ressemble pas à un ordinateur, on ne peut pas lui demander d’ouvrir plusieurs programmes ensemble. Le nettoyage implique toujours à créer un espace vide et propre pour accueillir la nouvelle énergie. Toutes les disciplines qui se pratiquent dans l’ouverture de conscience : yoga, pranayama, méditation, hutte de sudation… se font le ventre vide. Se nettoyer c’est accepter de lâcher tout le superflu et l’inutile : tout et absolument tous les produits qui sortent de l’industrie : sel, sucre, pain, beurre, saucisson, chips bio ou pas bio c’est presque pareil…la liste est infinie, alors que l’essentiel c’est tout ce qui nous tombe du ciel, c’est l’essence-ciel, tous les fruits frais et mûrs à point, tout ce qui sort de la terre aussi comme les jeunes pousses vertes (salade, épinard, persil, coriandre, roquette…)sans oublier les fraises ! Qui n’aime pas les fraises ? Je n’ai jamais entendu « berck, je n’aime pas les fraises ! » Ici nous avons un producteur local de fraises, il faut mettre le réveil le jour du marché car en 5 minutes tout est parti ! Je suis la première à me régaler, je les mange sur place ! Les fraises me font tourner la tête et la page ! Bon revenons au nettoyage, ce n’est pas une corvée, c’est un rituel sacré, Quand on accueille son invité préféré on pense toujours à faire la maison propre, quand on a un rendez-vous exceptionnel, on se présente « clean » non pas par effet de séduction mais pour créer cette énergie disponible et réceptrice. Comment accueillir l’été si au printemps on est resté avec notre plein. Faire le plein de vide c’est une attitude sacrée et reliée au cosmos. Alors pour se nettoyer, c’est simple c’est commencer par sauter un repas, se lever le matin avec un verre d’eau, partir un jour à la plage ou à la campagne sans son panier pique-nique mais juste avec son appareil photo par exemple ! L’idéal est de faire une journée à l’eau pure ou 3 jours au jus vert (pomme, céleri, une tranche de citron avec zeste, gingembre, ortie fraîche, épinard, oseille, persil) ou quelques repas au jus. Une monodiète avec 1kg de fruits par jour, c’est super (pommes, poires, fraises ou melon à votre goût !). Les jus demandent peu de travail digestif et apportent un maximum de vitamines, minéraux et diastases. Les jus associent désintoxication et revitalisation. Les jeunes ou les diètes font plus de bien que tous les meilleurs compléments alimentaires !

La revitalisation consiste à ne plus se dévitaliser et à créer l’espace vide pour recevoir ce que la vie nous offre par sa beauté et par sa pureté ! Pour déployer ses ailes de papillon et voyager léger et assurer sa santé, c’est déposer ses valises d’habitudes et adopter la ZEN ATTITUDE : être à l’écoute de notre cosmos intérieur pour résonner avec le Cosmos qui nous entoure de son Amour bienveillant et aimant !

Je vous souhaite la Santé colorée et enchantée !

Les fruits c’est un délice pour tous et chacun et pour honorer et célébrer le Vivant en nous et autour de nous ! Fêter le Printemps avec sa palette de fruits, quelle joie !

Danièle Azout Malinalli (avril 2017)
www.goutsauvage.com

 

Esprit Sauvage : Lettre N°21

Le corps humain, notre temple !

« Que ton corps soit propre comme un Temple,
Que ton cœur soit pur comme la Source,
Que ton esprit soit clair comme du Cristal,
Que ton âme soit large comme l’Univers.
 »
P.V Marchesseau

 Le corps humain avec ses 100 milliards de cellules, son système sanguin, son système hormonal, son système nerveux, ses tissus, ses organes nobles, ses sens, son squelette, ses muscles, sa peau, ses organes de digestion, de reproduction, et d’élimination et toute son intelligence pour fonctionner en harmonie est un Etre Vivant parfait, il mérite toute notre respect, notre reconnaissance, notre gratitude, notre Amour et nos soins délicats. Notre corps humain avec cette abondance de vie où tout est lié et relié pour notre bien-être, notre confort, est grandiose et sacré comme un Temple. Le corps par ses mécanismes d’auto-régulation, d’auto-réparation, d’auto-défense, s’auto-guérit par lui-même. Dans la revue « Soleil Levant » (février 2017) Thierry Casasnovas témoigne de son expérience (à 33 ans il pesait 30kg et la mort était proche selon l’avis médical, mais la vie est miraculeuse ! Par son engagement à oser ETRE, être vivant, il s’est relevé par une hygiène de vie saine, une alimentation végétale et vivante et par la foi et la joie de la vie. Thierry Casasnovas nous dit «  Je me rendu compte que le corps humain ne demande pas grand-chose, il se répare lui-même, c’est la caractéristique du Vivant, il faut juste lui donner les bonnes conditions. Quand on met le corps dans un environnement non adéquat, il s’adapte et c’est dans cette adaptation que le corps doit fournir un effort et que tous les symptômes apparaissent.»

Ce que je souhaite ajouter c’est que le corps retrouve sa force vitale quand il jeûne et quand il est en joie et dès que nos cellules baignent dans un milieu sain et vivant, alors tout est à sa juste place et tout est fluide et sans obstacle ! La maladie, nos souffrances sont notre incompréhension, notre ignorance, et à la fois nos éveilleurs de conscience quand on décide de rétablir l’ordre divin. Notre eau interne, nos liquides humoraux (sang, lymphe, sérums intra et extracellulaires) sont présents pour nourrir nos cellules comme la maman nourrit son fœtus par le placenta. Notre devoir, est de maintenir l’homéostasie par notre « eau » purifiée, vivante pour notre Santé, notre équilibre. Et cet équilibre dépend souvent de nous en retrouvant une alimentation originelle : fruits, légumes ou prana et un lieu de vie le plus proche des éléments (mer, montagne, campagne). C’est simple comme bonjour ! Pourquoi aller chercher la Santé dans des petites boites de poison qui sortent de l’industrie. La vie s’entretient avec la vie ! Mr P.V Marchesseau par son bon sens et son intuition disait « Comment un médicament peut-il guérir un homme malade alors qu’il rend malade un homme sain ? » Biologique, végétal ou chimique, un produit qui sort de l’industrie est mort et ne peut en aucun cas redonner la vie. La vie est en nous, à nous de la révéler, de l’honorer et surtout de ne plus la gaspiller par nos comportements à contre sens. Célébrez la vie en vous chaque jour, par vos méditations, vos intentions d’amour et de paix, vos repas fruitariens et frugaux, votre sommeil naturel, vos activités physiques et comme le dit si bien le 4ième accord toltèque de Don Miguel Ruiz: « Faites de votre mieux »

Danièle Azout (Malinalli) fevrier 2017
www.goutsauvage.com

Esprit Sauvage : Lettre N°20

La longévité ou éternelle santé !

«Ce qui importe ce n’est pas d’ajouter des années à la vie mais d’ajouter de la vie aux années »  Alexis Carrel

La longévité, c’est à mon ressenti rester jeune longtemps et non vivre vieux longtemps. La voie de la longévité est la rencontre de Soi avec délicatesse et sagesse, voyager en paix dans notre cosmos intérieur pour accéder à la complétude où tout vit et vibre ! Accueillir chaque jour les bras ouverts, vivre avec la joie des enfants et la conscience des anciens. La santé, la stabilité, la créativité, la nouveauté, la mobilité, la sérénité, la fluidité, l’adaptabilité, l’amitié, l’amour amoureux créent un espace de plaisir et de bien-être continus favorable à la longévité. Ce qui menace la vie c’est l’anxiété, le stress, la suralimentation, la sédentarité, les peurs, les doutes, les habitudes, l’incertitude, l’inquiétude, la rétraction, l’enfermement, la maladie. Ce qui favorise la vie c’est la frugalité, l’alimentation végétale et non transformée, la propreté, la sobriété, la générosité, la liberté d’esprit, la connexion aux éléments de la Nature, le respect du Vivant, l’Amour de soi et des autres. Ce qui nourrit nos cellules ce n’est pas ou peu ce que nous mangeons mais l’énergie absorbée par tous nos sens. Manger c’est consommer, se nourrir c’est tout ce qui nous procure de la joie : aimer, s’émerveiller, respirer, bouger, toucher et se laisser toucher par la terre, l’eau, le soleil, le vent. « Chaque cellule de votre corps recherche la plénitude au travers de la joie, de la beauté, de l’amour et du respect. » Dr Deepak Chopra

            Pierre-Valentin Marchesseau, initiateur de la Naturopathie ou Hygiène Vitale en France disait « La sagesse du corps représentent les clés de la longévité. Vivre 100 ans ou plus, alerte et lucide est normal»

Aujourd’hui quand on rentre dans les maisons de retraite, on voit combien la vieillesse est devenue un naufrage, la maladie sans la comprendre et sans la détourner c’est mourir « morceau par morceau » avec souffrance. La mort n’est pas une pathologie mais un passage, une transformation.   

S’engager, donner un sens à sa vie à n’importe quel âge, accepter de se renouveler, de se transformer pour ne pas mourir sans avoir vécu.

« La mort est loin de nous, quel que soit notre âge, aussi longtemps que nous cultivons notre Santé. » Hippocrate

            Rendre grâce à la vie, renaître chaque jour à la nouveauté, prendre soin de son corps, être en paix, c’est le secret de longévité. Dans la vie d’un Indien les mauvais jours n’existent pas, même pas aux moments les plus pénibles. Chaque jour est bon parce que tu es en vie ! Cultive la joie dans le jardin de ton cœur pour grandir en santé et en beauté. Le taux le plus élevé de centenaires se trouve chez les Hounzas (plateau de l’Himalaya), les peuples du Caucase et d’Amérique du Sud et chez les habitants de l’île d’Okinawa (Japon). Pour tous, leurs secrets de longévité sont une vie saine basée sur l’activité journalière, la frugalité, la simplicité, la joie de vivre. Dernièrement j’ai reçu une vidéo sur le pays du Bhoutan qui prône  « le Bonheur National Brut » basé sur une vie saine et respectueuse du Vivant ! (voir vidéo sur internet). Le bonheur est dans la Nature, la Nature est l’essentiel de notre nourriture, faisons de notre mieux pour la respecter en échange de notre longévité !

Danièle Azout Malinalli(janvier 2017)
www.goutsauvage.com

Esprit Sauvage : Lettre N°19

Ecouter

Quand je travaillais en pharmacie, je livrais les médicaments à une maison de retraite et un jour heureux m’a mis le nez sur une porte où était collé le texte ci-dessous, depuis des années et des années, je le distribue, je l’offre, le copie et l’envoie comme une bouteille à la mer. Cette année ce sera mes cadeaux de Noël à offrir ! Alors voilà pour vous ce cadeau précieux. Je n’ajouterai aucun commentaire, tout est dit délicieusement. Merci de le partager et de l’offrir !

« ECOUTER »

« Ecouter est peut-être le plus beau cadeau que nous puissions faire à quelqu’un…

 C’est lui dire, non pas avec des mots, mais avec ses yeux, son visage, son sourire et tout son corps : tu es important pour moi, tu es intéressant, je suis heureux que tu sois là…

 Ecouter, c’est commencer par se taire.

 Ecouter, c’est accueillir l’autre avec reconnaissance tel qui se définit lui-même, sans se substituer à lui pour dire ce qu’il doit être.

Ecouter, ce n’est pas vouloir que quelqu’un soit comme ci ou comme cela, c’est apprendre à découvrir ses qualités qui sont en lui spécifiques.

 C’est être ouvert positivement à toutes les idées, à tous les sujets, à toutes les expériences, à toutes les solutions, sans interpréter, sans juger, laissant à l’autre son espace et le temps de trouver la voie qui est la sienne.

Etre attentif à quelqu’un qui souffre, ce n’est pas donner une solution ou une explication à sa souffrance, c’est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour se libérer…

 Ecouter, c’est donner à l’autre ce qu’on ne nous a peut-être jamais donné : de l’attention, du temps, une présence affectueuse.

Ce texte anonyme, a été trouvé au Mont Saint-Michel
Prenons le temps de le lire et de le relire
Il concerne chacun d’entre nous…

JOYEUSES FÊTES dans la célébration de nos valeurs humaines comme l’écoute !

Danièle Azout Malinalli
12 décembre 2016
www.goutsauvage.com

Esprit Sauvage : Lettre N°18

    Être détendu, relâché permet d’être à l’écoute de Soi et d’accueillir ce qui est. Vivre tendu comme un élastique c’est être prêt à la colère, à la violence, un élastique qui éclate dans les doigts, ça fait mal.
Le stress rétracte, contracte, resserre, ferme, assèche, éloigne.
La détente ouvre, expanse, dilate, libère, soulage, fluidifie, attire.
Comme on décide d’être non fumeur, non buveur, non violent, s’engager à Zéro stress fait partie du programme d’une santé harmonieuse tant sur le plan physique, émotionnel et spirituel.
Le professeur Robert Waldinger, psychiatre américain nous dit :
« La recette pour vivre longtemps heureux et bonne santé n’est ni dans le portefeuille, ni dans la célébrité ou un travail acharné mais dans la qualité des relations que nous avons avec les autres. Les relations chaleureuses ont un effet protecteur sur notre santé. Les relations de qualité protègent notre cerveau et les relations durables permettent un soutien solide. » Pour être en bonne relation avec les autres, c’est s’offrir et offrir cet espace détente où l’on se sent confortable, protégé, respecté, accueilli pour mieux donner et aimer sans compter. Ne plus vivre dans la crainte de l’autre, de la maladie, du manque, de l’extériorité et de tout ce qui procure du stress est le retour à Soi par la voie(x) intérieure du silence, de la paix, de la compréhension, de l’acceptation, de la bienveillance.

Bien sûr cela demande de faire du tri dans ses gestes, dans ses actes, dans ses paroles, dans ses relations, dans la façon de se nourrir. Respecter notre énergie et notre être divin qui ont tant besoin de sérénité procure un état de bien-être, d’allégresse pour Soi et pour tout ce qui vit et vibre autour de nous en créant un égrégore de guérison pour toute la planète !

bickelJ’ai décidé « Zéro stress » j’ai eu juste envie de le partager avec vous, alors si vous vous sentez bien, faites suivre à votre voisin !

Danièle (oct.2016)
www.goutsauvage.com

Dessin de René Bickel
www.bickel.fr

Esprit Sauvage : Lettre N°17

Faire peau neuve !

Encore l’Art de la Transformation ! Chaque nuit « on meurt » et chaque jour on renaît.

Le principe de vie est une sinusoïde. Les autoroutes et la vitesse ont été inventées par les hommes. Les chemins avec leurs obstacles et leurs contours font partie de la vie. Ainsi ralentir est le chemin de conscience pour libérer la voie, la nôtre ! La vigilance et la persévérance sont nos compagnons de pèlerinage.

Tout ce qui est vivant se renouvelle. L’eau stagnante n’est pas accueillante. Puisque nous sommes faits essentiellement d’eau, renouveler nos humeurs pour libérer nos scories internes est le premier principe de l’Hygiène Vitale. Evacuer nos déchets issus des métabolismes digestifs et cellulaires est un processus de bon sens et de conscience. Nous sommes des êtres vivants avant tout, on ne nettoie pas nos organes comme on nettoie de la mécanique avec un goupillon et du détergent.

La première règle pour permettre la pureté humorale : c’est être en accord avec soi, la deuxième c’est être un allié avec son corps et l’accompagner dans son fonctionnement, la troisième est de comprendre pourquoi on s’engage dans ce processus. La propreté interne n’est pas reconnue de nos jours alors que de tous les temps les thermes étaient très appréciés. Les bains chauds, les cataplasmes, les purges faisaient partie de l’auto- guérison. Aujourd’hui une douche par jour avec de l’eau savonneuse et on s’estime propre ! La propreté interne se reconnaît à ce qui ressort : selles moulées et non odorantes bi ou tri quotidiennes, transpiration régulière ni brûlante ni salée, et une urine translucide et dorée « pipi d’or santé d’or » comme disait P.V Marchesseau initiateur de la Naturopathie orthodoxe ou Hygiène Vitale en France. Ainsi les parfums, les déodorants, les crèmes de beauté n’ont plus lieu d’être. Notre milieu interne sain, propre et nettoyé régulièrement fait peau neuve ! Comment faire ? Pour les « frileux » sauter le repas du soir 2 fois par semaine, pour les plus courageux une monodiète avec un seul et même fruit pendant 3 jours aux changements de saison et pour les demandeurs de bien-être un jour de jeûne par semaine ! Purges, lavements, bains chauds et douche froide, sauna ou hammam, silence, sommeil naturel et pensées élevées sont conseillés. A chacun ses goûts, à chacun son temps ! La santé est un état d’être permanent ce n’est pas juste un moment de plaisir. L’entretenir est une grande joie. Moi j’ai opté pour la simplicité, un verre d’eau le matin, des fruits en abondance (frais, secs et gras) dans la journée, des jeunes pousses vertes, un bain chaud quotidien, bain de rivière tous les jours, sauna ou hammam une fois par semaine, friction au gant de crin quotidienne, ensoleillement le plus souvent possible, jardinage et yoga et être satisfaite de tout ce qui est sur mon chemin et surtout y trouver un sens et mon occupation préférée comme dirait Marcel Proust « Aimer ! » ! Bon ça c’est mon allure de croisière, ma vie de rêve. Mais la vie me montre que rien n’est déterminé par avance et chaque jour le programme change, les imprévus sont nos maîtres, les obstacles nos barreaux d’échelle.

La santé c’est ma passion alors je suis prête à tout pour lui être fidèle !

Je vous souhaite un été radieux, heureux et amoureux c’est le moment pour faire un plein de santé ! De tout cœur avec vous !

Danièle (20 juillet 2016)
www.goutsauvage.com

Esprit Sauvage : Lettre N°16

Dissociations alimentaires

arbre1   arbre2

Le principe de la dissociation alimentaire est une loi de la nature et c’est le fondement essentiel de l’Hygiène Vitale. Un pommier ne porte que des pommes, un cerisier ne donne que des cerises… Il faut être très habile et agile pour se nourrir de pommes, de cerises, de figues et de noix en même temps. Il n’existe pas de fruitiers avec des salades de fruits ?!!Le mélange de fruits n’est pas une association à exclure, c’est juste pour observer ce que la nature nous enseigne : sobriété et simplicité.

            Et sur nos tables, on nous présente des plats fumants, cuisinés et gratinés où tout est mélangé : Glucides – Lipides – Protides, auxquels on ajoute du sel, de l’huile, etc… ça c’est du domaine de la gastronomie, de la recherche du goût, mais ça ne ressemble en aucun cas à une nourriture saine, originelle, spécifique et adaptée à notre physiologie digestive. La dissociation alimentaire épure, libère, répare, auto guérit nos organes nobles et renforce nos hormones et notre immunité. Nos organes nobles ne sont pas des laboratoires alchimiques pour transformer la matière morte (aliments bouillis, rôtis, frits…) en éléments vitaux et vivants. Seule la mère Nature par la photosynthèse, l’énergie solaire (biotons venus de la Source centrale de l’Univers) nous offre par l’intermédiaire des fruits variés et colorés, par les jeunes pousses de salades, toutes les vitamines et minéraux nécessaires pour le bien-être de nos cellules. Bio ou pas bio le mélangisme est le plus grand détour à notre santé. Nos repas copieux avec l’entrée, le plat et le dessert créent l’inconfort, la pesanteur, la fatigue. Bien sûr partager un repas pour le plaisir d’être ensemble fait partie du bien-être mais certainement pas au quotidien ni à tous les repas.

J’ai gardé le meilleur pour la fin (faim) :

Légumes+ Fruits
Légumes+ Céréales
Légumes+ Protéines

Sont des combinaisons favorables et confortables, les fruits qui se digèrent dans l’intestin aiment la voie libre et il est préférable de les consommer à l’entrée du repas ou mieux encore loin des repas. Bon appétit !

Danièle Azout (Malinalli) Juin 2016
www.goutsauvage.com

Esprit Sauvage : Lettre N°15

L’ortie

Ortie

J’ai toujours aimé le poème de Victor Hugo :

« J’aime l’araignée et j’aime l’ortie
parce qu’on les hait »

L’ortie, cette plante sauvage si bienfaisante est souvent mal aimée et oubliée. On cherche parfois à la détruire alors qu’elle nous construit, nous reminéralise, nous fortifie et nous épure ! Bien sûr par sa richesse en minéraux, en vitamines, en oligoéléments, elle est une des plantes les plus revitalisantes. Mais j’ai envie de vous parler de la chlorophylle et de son énergie biotonique qu’elle contient comme toutes les jeunes pousses vertes et c’est là sa plus grande vertu. La chlorophylle est synthétisée par le soleil pour assimiler cette énergie biotonique à l’état pur. Cette énergie vivante (les biotons apportés par le soleil) qui nous restructure et nous densifie. La chlorophylle permet ainsi d’oxygéner l’organisme, de le désintoxiquer et de maintenir l’équilibre acido-basique. L’ortie à consommer au printemps est un des meilleurs minéralisant et surtout vitalisant que l’on trouve en abondance dans la nature. On est toujours à la recherche de gain de vitalité et la vie est dans le vivant et nulle part ailleurs. Toutes les jeunes pousses vertes du printemps : chicorée, pissenlit, épinard, chou, roquette, persil, fanes de radis, fanes de carotte et fanes de betterave …toutes les feuilles tendres sauvages sont une cure de jouvence pour notre organisme !

L’ortie est facile à trouver, elle est dans tous les jardins, au bord des rivières. Elle se consomme en jus, en salade, ou en feuilles séchées, son goût neutre lui permet d’être mélangée à des jus de pommes ou de carottes. Son aspect urticant est bénéfique, les anciens s’en frictionnaient pour guérir des rhumatismes ! Ne la piétinez pas, bénissez la et remerciez la de sa divine présence dans votre jardin ! Boire des jus verts au printemps est excellent pour la santé, fini les vitamines A, B, C, D… X, Y, Z bien stérilisées dans des petites boîtes vendues au prix d’or ! Les pépites d’or sont dans votre jardin !!! Cueillir et choisir les petites feuilles une par une et les savourer nature et à leur place a un effet de purification immédiate dans toutes nos cellules. La chlorophylle est la nourriture divine pour nos cellules. La qualité de la nourriture est dans la rusticité, c’est-à-dire l’aliment est à savourer sans aucune transformation, à consommer de la terre à la bouche ! Toutes les jeunes feuilles vertes se fanent très rapidement, aussi elles sont à consommer dès la cueillette.

Alors bonne cueillette, emplissez vos paniers, vos saladiers, vos assiettes au quotidien ! Le vert ça aère notre organisme et ça ouvre le cœur !

                                                          Danièle Azout (printemps 2016)
                                                          www.goutsauvage.com

 

Esprit Sauvage : Lettre N°14

Désir ou besoin ?

tarte  pommes

Désir    ou      besoin ?

 

 

Posons-nous cette question avant de manger ?

            Le désir répond à un appel extérieur, à une habitude, à un passé, à une mémoire, il est créé par le mental. Il ne dure pas, juste le temps d’un inspir et d’un expir alors que les indigestions se font plus longuement ressentir. Avec le désir on est souvent pesant et alourdi car il n’y a pas d’arrêt instinctif. Le désir appelle un autre désir car le corps n’est pas satisfait ni comblé. C’est l’escalade vers la gastronomie avec des goûts réinventés. Le désir apparaît souvent avec la saturation humorale où tout est brouillé et on désire ce que le corps ne veut plus.

Le désir emplit alors que le besoin nourrit.

Le désir est aussi plaisir quand on prépare un plat savoureux avec Amour, c’est un moment de fête et occasionnel et le corps se nourrit de cette joie. Le désir ne doit pas devenir dépendance, quand on ne peut pas se réveiller sans la tasse de café ni s’endormir sans le carré de chocolat, alors il y a des questions à se poser.

 

Le besoin répond à une écoute profonde et interne de notre physiologie. C’est un échange intime entre nos cellules et notre cœur bienveillant, juste écouter notre voix intime : qu’est-ce que mon corps souhaite à cet instant, à ce jour pour être confortable, disponible, léger ? Le vrai besoin est un appel sauvage, instinctif et intuitif, c’est une envie (en-vie !) qui nous maintient en équilibre, sans excès. Avoir envie de framboises comme d’un baiser amoureux, c’est délicieux ! Laisser le besoin venir à nous, juste écouter sa demande pour le satisfaire. Répondre à ses besoins crée par résonance une onde de détente, de bien-être, de plénitude, de liberté. Pour reconnaître le vrai besoin, le jeûne est le meilleur test. Notre corps épuré sait ce dont il a besoin ! Manger des tomates en plein hiver ou des châtaignes en plein été ne répond pas à nos vrais besoins. Manger local, végétal, vivant et de saison c’est vivre en harmonie avec la Nature pour contenter notre vraie nature ! La Santé rime avec Simplicité !

« Connais toi, toi-même ! » Socrate

 

Danièle Azout (fev. 2016)
www.goutsauvage.com