ESPRIT SAUVAGE : Lettre N°40

La maladie, notre meilleure amie!

Non, ce n’est pas une plaisanterie ni une moquerie de mauvais goût.

Bizarre on tombe malade en vacances ou après un choc émotionnel et pourtant celle qu’on n’aime pas – la maladie – vient à notre secours au moment opportun! La maladie est toujours proche de nous pour nous éclairer et nous demander de changer. Je parle bien sûr des maladies auto-réactionnelles ou émonctorielles et chroniques et non des maladies dégénératives, graves avec des liens karmiques ou héréditaires. Tout ce qui fait mal, qui brûle, qui pique, qui nous empêche de dormir, qui nous bloque en un mot qui nous cloue au lit, c’est elle « la méchante » qui nous veut du bien, celle qui nous oblige à changer devant l’évidence. La maladie ne manque pas d’expressions: diarrhée – saignement – brûlure – irritation – écoulement – indigestion – vomissement – crispation – blocage – douleur – malaise – vertige – œdème…tous ces signes sont des appels à revisiter nos gestes, nos actes, à modifier nos comportements. Ce sont des signaux d’alarme quand ils disparaissent c’est la guérison, s’ils se taisent avec des médicaments c’est qu’ils réapparaîtront plus tard sous une autre forme avec plus de violence. Étouffer une réaction émonctorielle c’est déplacer le symptôme et non l’éliminer! C’est le principe de l’allopathie, on ne veut pas voir ce qui sort, alors les médicaments ont la fonction de rentrer  » nos poubelles » au plus vite, alors que notre corps par un regain de vitalité est en plein travail de nettoyage et fait au mieux pour nous! Sortir nos déchets c’est un engagement qu’il faut accompagner et non réprimander ni bloquer.

            Jean-Jacques Crèvecoeur donne l’image suivante: » Imaginons devant nos maisons toutes les poubelles sont sur le trottoir avant le passage des éboueurs et on décide de les faire rentrer parce que ça ne nous plait pas. Alors visualisons notre maison pleine de poubelles, je n’aimerai pas y vivre. Et pour notre corps c’est pareil si on reflue nos toxines dans notre corps, il va créer des poubelles organiques (tumeurs, cancer..). Jean-Jacques Crèvecoeur comme tous les pionniers de la Santé, les Hygiénistes Vitalistes P.V Marchesseau, Irène Grosjean, Tal Schaller, Thierry Casasnovas…pour n’en citer que quelques uns nous disent : »La maladie est un processus par lequel le corps essaie de retrouver son équilibre« . Ce n’est pas l’environnement qui crée le déséquilibre, les virus et bactéries sont là comme issue de secours à cause de nos comportements erronés que ce soit par l’alimentation anti- spécifique, la sédentarité, le stress, l’environnement.

            « Tout ce que tu ne comprends pas par la conscience, tu le comprendras par la souffrance« 

            J’ai écrit ces lignes bien avant le confinement et la pandémie, je pensais changer le contenu. Mais en me relisant, je n’ai rien à rectifier car l’Hygiène Vitale n’est pas une mode mais contient les valeurs ancestrales de la Santé et les lois universelles pour le maintien de l’écosystème.

            Le moment est venu d’être responsable de sa propre santé avec « la joie au ventre » et les fleurs dans la tête. Et quoiqu’il arrive : tsunami, pandémie, ou 5G réintégrer sa force, sa souveraineté est une arme non violente pour ETRE! Oui être avec l’acceptation de ce qui est à l’extérieur. Soyons comme l’iceberg presque invisible à l’extérieur et immense à l’intérieur pour être insubmersible.

        

            Depuis plus de 45 ans je chemine sur la voie de la Santé Saine et Naturelle. Les lois de l’Hygiénisme et du Vitalisme nous offrent l’abondance du vivant sans la peur au ventre de la maladie ni du manque. Quand j’ai allaité mon fils pendant plus de 3 ans, j’ai pris 0 risque, quand j’ai refusé tous les vaccins, encore une fois j’ai pris 0 risque. En retour il a connu 0 maladie infantile, il a grandi sans maladie avec une alimentation végétarienne et vivante et à l’heure actuelle il a 32 ans et malgré le confinement il a randonné 3 heures presque tous les jours et grimpé à 4 mètres dans les arbres pour observer les animaux. Il n’y a rien d’exceptionnel à cela, c’est normal. Bouger, marcher, respirer, être en bonne forme c’est la règle de tous les vivants…mais le hic c’est qu’on oublie d’être vivant et c’est là que le déséquilibre s’installe avec ses multiples manifestations qu’on appelle dans les pays civilisés: la maladie. Et bien sûr quand la pandémie envahit la planète, l’urgence est aux médicaments. Mais quand on se nourrit de mal bouffe, quand on respire à travers la cigarette électronique, quand on baigne dans la WIFI et que nos principales distractions sont la T.V, les restaurants et les bains de foule…alors???? Posons-nous la question, cherchons l’erreur….Je ne cherche pas à vous accuser ni accuser le virus, ni même les pouvoirs en place mais à honorer le vivant et à célébrer tous les jours la vie. Qui vous oblige à boire du café, de l’alcool, à manger des fritures, des chips, des cacahuètes grillées et salées, du cadavre animal en rondelles, des oeufs en omelette et du lait animal en « vache qui rit » et à consommer des médicaments au quotidien? L’allopathie a sa place dans les crises aigues, mais au quotidien les médicaments polluent nos humeurs et désorientent notre équilibre interne.

            La vie citadine n’est pas facile ni aisée. Alors je me pose la question: « que faisons-nous? » Ce que je sais c’est que le seul remède miracle, c’est notre engagement avec la Vie!
            Boire un verre d’eau le matin, croquer des fruits, cultiver son jardin, semer des graines de bienveillance, de joie, de conscience, chanter sous la pluie, rire au soleil, se baigner dans les torrents….c’est la loi du Vivant!

            J’ai vécu 20ans à Paris (métro-boulot-dodo), j’ai travaillé 30ans en pharmacie, j’ai vécu avec mes peurs, mes incohérences, le stress.
            Mais je n’ai jamais lâché l’envie de vivre et d’honorer Dame Nature et l’Esprit Divin qui nous animent. Et aujourd’hui je suis heureuse de boire mon verre d’eau, de croquer des fruits, de boire des jus verts, de semer ma salade et mes aromates, de marcher pieds nus dans la rosée, de me baigner dans les sources chaudes et froides…et j’ai envie de partager mon bien-être pour qu’il devienne contagieux et pandémique! Chaque jour est un jour pour faire mieux qu’hier. Je ne cherche pas à être la meilleure mais à être meilleure qu’hier. Vu mon âge à 66 ans, j’observe combien ma vie n’ été que transformations! Et ce n’est pas fini…

            Habituellement, je ne consacre qu’une seule page à « Esprit Sauvage » mais nous sommes à un moment exceptionnel et une rallonge s’est imposée.

            Pour finir sur une note de beauté, je vous invite et vous incite à semer les graines de la joie, à cultiver tout ce qui vous met de bonne humeur: rire, chanter, danser, peindre, écrire, aimer avec le ventre léger, le coeur aimant et la tête reposée! La vie est belle!!!! Ci-dessous quelques liens qui vous indiquent le bon sens, le virement à 360° et je remercie vivement toutes ces personnes pour leur soutien ininterrompu pendant le confinement.                              

Danièle Azout (23/04/20)
www.goutsauvage.com

Tal Schaller
https://www.santeglobale.world
Thierry Casasnovas http://regenere.org
René Bickel https://bickel.fr
Jean-Jacques Crèvecoeur http://jeanjacquescrevecoeur.com
Mika Denissot https://soulinamind.com

ESPRIT SAUVAGE : Lettre N°39

Les 5 sens:

Combien notre environnement nous forme ou nous déforme! Et combien nos gestes, nos actes, nos choix, nos attitudes au quotidien influencent l’état de la planète. L’égrégore de paix ou de violence crée la quiétude ou l’inquiétude. Nos pensées positives et lumineuses améliorent notre environnement proche et lointain.
Par contre nos intentions destructrices et ténébreuses provoquent la dysharmonie et la maladie. De quoi méditer et orienter nos choix!…
Tous les jours et à chaque instant de notre emploi du temps nous avons le choix: le choix de répondre au téléphone ou pas, le choix d’aller au restaurant ou pas, le choix de voir un film violent ou pas, le choix de boire du café ou pas, le choix de manger une carotte ou du saucisson,.etc…
Ce soir j’avais choisi d’écouter une conférence avec Marc Cohen chez Débowska Productions, parfois j’ai l’impression de ne pas choisir mais d’être juste guidée. Me voilà nourrie d’une énergie douce, apaisante et chaleureuse, un cadeau de Pleine Lune!. Mon état d’être a été modifié après ce partage spontané et inspiré.
Il y a aussi des choix qui sont des habitudes, le café, le pain beurre matinal, le vin, le sel ajouté systématiquement dans les aliments…
Nos 5 sens sont à la fois des portes d’entrées de Lumière et de Réceptivité et des voies de sortie d’expression(art) et d’élimination. La conscience est là pour nous faire mettre un temps de pause avant nos choix. Regarder un coucher de soleil ou regarder le journal télévisé ne nous met pas dans le même état. Choisir ce qui nous fait du bien, ce qui nous donne des ailes d’ange, nous aère, nous purifie. Pour reprendre les propos de Marc Cohen kabbaliste  » Etre dans l’équivalence de
forme avec le Créateur, seul but de la Kabbale qui est une science, la science de recevoir et de donner. La Kabbale est l’art de recevoir du Divin, l’art de vivre! Dieu a créé la Nature et la Nature est essentielle, c’est notre contenant et l’humain est le contenu » Etre respectueux de notre contenant car sans lui on est inconsistant, respecter la nature, les animaux, préférer des comportements de protection et de bienveillance pour être en profonde résonance avec ce qui nous maintient en vie. Recevoir et donner est le principe de l’éternel vivant. Maintenir des échanges harmonieux, lumineux et heureux avec l’autre fait partie de nous et de notre univers. 2020 nous recommande de poser les armes, de déposer les mémoires, les rancoeurs pour nous transformer totalement pour le bien-être de la planète Terre, pour la santé et la sauvegarde de l’humanité! Un geste pour toi c’est un geste pour moi, un geste pour nous tous, pour évoluer tous ensemble solides et solidaires dans un monde en paix!
Ce n’est pas un rêve, c’est le réveil qui sonne pour 2020!
Moi j’ai choisi d’aimer encore plus, de donner encore plus et d’accueillir et de recevoir avec joie et gratitude les offrandes venant de Toi, de l’Univers et du Divin! Merci à toi pour ton geste aimant et bienveillant! Avec toute ma reconnaissance pour ta beauté et ta créativité infinie pour un monde meilleur!

Danièle Azout (un soir de pleine lune fév.2020)

GoutSauvage.com

ESPRIT SAUVAGE : Lettre N°38

Manger bio, vivant, local c’est l’idéal, jovial, vital et bon pour le moral !

            Bon, alors on mange quoi?

Je réponds tout de suite à la question. Ma réponse est le fruit de 45 ans d’expérience dans le domaine de l’alimentation et mon désir de chaque jour est d’intégrer une alimentation pure, éthique, équilibrée, celle qui nous rend la beauté, la jovialité, la vitalité, celle qui nous donne envie d’être en vie! Vivre et vieillir avec des douleurs, des souffrances sous forme de crises indomptables, des grimaces comme des masques ce n’est pas l’état normal de la santé. La maladie surtout en vieillissant est rentrée dans les normes de la société matérialiste et de surconsommation. La santé est naturelle, on la gaspille par nos attitudes « civilisées ». Et si on retrouvait le goût sauvage de l’aliment…

            Allons faire un tour dans la nature…

            Et on trouve quoi?

Des fruits sauvages comme les sorbes, les nèfles, les arbouses…, des salades sauvages comme le pissenlit, l’ortie, la cousteline….,des fleurs sauvages comme les fleurs de trèfles, de mauves, de pâquerettes…

            Bon ok, c’est le plein de vitamines et de minéraux mais le ventre est vide…, il est nourri mais pas empli! Oui je comprends!

         Alors on fait quoi pour être nourri et empli?

On ne vit pas sous les tropiques et on a perdu notre santé sauvage, celle qu’on nomme « rustique » où la force vitale est toujours présente par la protection des éléments : la terre, l’air, l’eau, le feu. La vie citadine a développé le mental au détriment du corps physique. Développer le bon sens est important pour retrouver l’équilibre et pour y voir clair. Tous les jours on est inondé d’informations bonnes et moins bonnes. J’entends « le véganisme a tué des enfants, le jeûne fait mourir… ». A mon sens la seule chose qui tue c’est l’idée fixe!!!! Comme nous propose le 4ième accord toltèque de Don Miguel Ruiz: « Faire de son mieux ». Avant de vous proposer une nourriture saine et simple, il est nécessaire d’éliminer tous les artifices, le sel, le sucre, le tabac, l’alcool, les médicaments, la drogue et tous les produits dénaturés par la cuisson, la chimie, la transformation. Avec un peu de bon sens: il reste tous les fruits et légumes crus, les fruits secs et gras et les fruits de mer. Et nous voilà comme un frugivore sur nos 2 jambes et comme a toujours dit P.V Marchesseau, père de la naturopathie en France: « L’alimentation spécifique de l’être humain est de 80% de fruits et légumes crus et 20% de petit carnivorisme non sanglant (fruits de mer, oeufs crus). En fonction de l’âge, de notre tempérament, de notre activité, les aliments diffèrent pour chacun. Les enfants ont besoin de plus de protéines( ni lait de vache, ni soja ce n’est pas adapté). Sans faire de scandale: les produits laitiers, les céréales, le pain, les légumineuses sont à éliminer du quotidien. On peut tolérer ces « aliments » de temps en temps et se faire plaisir tous les jours avec le vivant végétal coloré, vitaminé et quelques protéines dans le respect du vivant!

            Rappelez-vous: on ne manque de rien dans nos pays modernes, on meurt d’obésité et de pléthore!

            Etre à l’écoute…et régalez-vous des offrandes du vivant!

            J’espère ne pas vous avoir laissé sur votre faim!

Danièle Azout (novembre 2019)
www.goutsauvage.com

 

Esprit sauvage : Lettre n°37

L’instinct, un allié sûr !

            Etre à l’écoute de notre instinct nous simplifierait la vie, plus besoin de savoir si le régime macrobiotique, le régime protéiné ou le régime sans gluten est la panacée à tous nos maux ou si c’est Thierry Casanovas qui a raison! Alors on juge, on critique on sanctionne à tort et à travers. On essaie le jeûne comme on essaie une chemise, on écoute son médecin fidélisé, son naturopathe préféré, son ostéopathe, son voisin ou la dernière thérapie à la mode. Etre à l’écoute de son instinct c’est plus sûr que d’être à l’écoute d’une autre personne ou même du « soi  » trop souvent déguisé en non soi.

            Je me suis posée la question après le scandale médiatisé auprès de Thierry Casanovas, comment mourir pour avoir expérimenté le jeûne? Comment l’instinct a t-il pu s’échapper? L’instinct est toujours là pour nous guider, il n’y a pas de meilleur remède que de faire confiance à son instinct pour être en santé. Un thérapeute est là comme un éveilleur mais pas comme un guérisseur, il nous aide à voir ce qui est invisible ou occulté pour nous, c’est tout!. Pour être à l’écoute de son instinct, de sa petite voix, il est essentiel de faire taire notre brouhaha intérieur pour mieux s’entendre et entendre ce qui est bon pour soi. Bien sûr débrancher la T.V, la radio, créer un espace de silence est une approche, faire taire le mental s’impose par une discipline (yoga, respiration, méditation, natation, vélo…), quant à faire taire le ventre bruyant et capricieux sans créer de stress, de peur, de douleur, de manque, la monodiète est l’idéal (ne consommer qu’un seul et même aliment pendant 1 repas, 2 repas, 1 jour, 2 jours ou 3 jours voire une semaine, chacun a sa mesure , chacun a sa convenance . Dans la maîtrise ou la voie de l’équilibre, on ne décide plus rien mais tout semble à portée de main au moment juste et opportun car tous nos corps sont rassemblés en un seul corps et entrent en résonance avec l’Univers! La fausse note n’existe pas, la compétition encore moins, juste entrer en communion avec ce qui est là présent pour nous dans l’instant.

            Lors du dernier cercle de sagesse au Centre Harmonia dont le thème était « Eveil et Santé » la question principale était de savoir si Spiritualité rimait avec Santé. Alain Besson a évoqué Eckart Tolle, maître spirituel exceptionnel de notre époque dont la santé est défaillante. La voie de la maîtrise est l’alignement de tous nos chakras. Les 7 chakras, comme les 7 notes de musique, les 7 couleurs…c’est tous ensemble qu’ils créent l’harmonie comme l’arc-en-ciel! Donner prédominance au chakra racine ou chakra couronne ne reflète pas à mon sens l’état de souveraineté. Chaque chakra a sa tonalité et ensemble ils assurent la puissance. Chaque être humain possède des dons différents, c’est tellement plus facile pour un sportif d’utiliser des haltères, pour un artiste de jouer d’un instrument, pour un être éveillé d’écrire…L’harmonie nous demande d’aller visiter tous nos espaces, je pense à l« Homme de Vitruve «  de Léonard de Vinci où l’homme rayonne dans la connexion à toutes ses dimensions. J’aurai pu intituler cet article: « La conscience, notre éclaireur » ou « Le coeur, notre seul guide » ou « encore  » L’intelligence, la voie de la connaissance ». J’ai choisi le 1er chakra : »L’instinct, un allié sûr! » car la santé c’est mon « dada ». Que serait le Soleil sans la Terre et la Terre sans le Soleil ? Rappelons-nous de la citation de Rabelais « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Il n’existe pas de bas ni de haut, il n’ y a que le UN présent en toute chose et en tout être vivant.

            Chacun de nos corps est une perle, et tous ensemble par leur solidarité et par leur beauté, ils créent UN………bijou!

Danièle Azout (oct 2019)

GoutSauvage.com

Esprit sauvage : Lettre n°36

La peur du manque !

            Manque ou surcharge ???

            C’est la question qui ne vient jamais à l’esprit en premier lieu. Dès qu’un symptôme se manifeste, la question du manque est toujours là au bout des lèvres et j’entends dire « c’est un manque de calcium, un manque de magnésium, un manque de protéines, un manque de sommeil, etc…qui est la cause de tous les problèmes. » Et si c’était une surcharge, de sel, de sucre, de graisse, de protéines, de travail interne comme de travail externe. On est bien d’accord que les vacances sont un espace salutaire et bienfaisant (Lire « Esprit Sauvage N°35 »). Le café, le thé, l’alcool, le chocolat, la viande, les oeufs… et tous les excitants sont des véritables dictateurs à notre corps qui ne peut plus répondre. Ainsi il n’y a plus d’échange ni d’écoute et le corps avance soumis et malade à nos caprices aveugles. Et on accuse toujours le manque. Le seul manque est le manque d’espace vacant où le corps est en joie d’avoir lui aussi des vacances. Le sommeil est un moment de récupération et notre corps nous l’impose. Le moment idyllique pour le corps est de prolonger l’effet sommeil pendant l’éveil. Par exemple supprimer définitivement le petit déjeuner du matin est un véritable soulagement pour le corps et à tous les âges, enfants et adultes. Boire un verre d’eau informée au réveil avec des pensées lumineuses pour le corps et pour nos projets est une source de bien-être immédiat! Bien sûr, le travail, l’école demandent un petit excitant pour démarrer. Le seul aliment toléré le matin est le fruit frais. Commencer la journée par un bol de café, de chocolat, de céréales type muesli très à la mode écolo ou yaourts nature très grand-mère on est de suite plombé car on s’éloigne du vivant, ce vivant si près de nous et qui nous veut tant de bien! Dans nos sociétés modernes ce n’est certainement pas la matière qui nous manque, trop de matière nous asphyxie, nous encombre, nous alourdit et notre corps ne manque pas de l’exprimer par tant de symptômes incompris, des souffrances physiques ou psychiques. La nature est notre maître le plus sage. Alors en cette saison automnale, regardons nos amis les arbres ont-ils peur du manque??? Ont-ils peur de perdre toutes leurs feuilles et de passer l’hiver nu et léger??? Les arbres sont nos maîtres et nous enseignent dans le silence la sagesse du Vivant! Ecoutons- les, observons- les et entrons dans la saison plus froide (automne et hiver) libérés du poids de la matière, c’est une invitation à plus d’intériorité, de profondeur, d’écoute et de conscience. L’automne et l’hiver sont des périodes favorables au jeûne et à la monodiète (cure de raisin, cure de pommes…) ou simplement un régime végétalien. Les protéines (viande, poisson, oeuf, fromage et laitage) nous rigidifient, nous enferment, nous étriquent comme un vêtement trop petit qui nous empêchent de bouger et on n’a qu’une seule envie c’est de le retirer. Alors pourquoi est-ce si difficile de virer définitivement ce petit déjeuner? Le pain chéri, le muesli désiré, le fromage adoré sont là dans nos assiettes pour nous faire taire, oui taire nos peurs, taire la sensation du vide et du manque et ça nous emplit par une énergie de matière lourde et toute la journée on va essayer d’une manière consciente ou inconsciente de s’en libérer, le café semble nous sauver, les médicaments semblent nous soulager. Polluer est plus facile et rapide que dépolluer. La planète Terre nous le montre bien, combien d’années pour se libérer du plastique? Malgré les efforts le plastique est toujours trop présent. De même, nos intestins pollués par trop de matière anti-spécifique à notre physiologie mettent aussi des années à se libérer. Juste observer que nos aliments qui ne sont plus vivants sont comme du plastique qui polluent et obstruent la Vie!

La Vie est sacrée, respectons là !

Danie-ailes (www.goutsauvage.com) Sept. 2019