Esprit sauvage : Lettre n°36

La peur du manque !

            Manque ou surcharge ???

            C’est la question qui ne vient jamais à l’esprit en premier lieu. Dès qu’un symptôme se manifeste, la question du manque est toujours là au bout des lèvres et j’entends dire « c’est un manque de calcium, un manque de magnésium, un manque de protéines, un manque de sommeil, etc…qui est la cause de tous les problèmes. » Et si c’était une surcharge, de sel, de sucre, de graisse, de protéines, de travail interne comme de travail externe. On est bien d’accord que les vacances sont un espace salutaire et bienfaisant (Lire « Esprit Sauvage N°35 »). Le café, le thé, l’alcool, le chocolat, la viande, les oeufs… et tous les excitants sont des véritables dictateurs à notre corps qui ne peut plus répondre. Ainsi il n’y a plus d’échange ni d’écoute et le corps avance soumis et malade à nos caprices aveugles. Et on accuse toujours le manque. Le seul manque est le manque d’espace vacant où le corps est en joie d’avoir lui aussi des vacances. Le sommeil est un moment de récupération et notre corps nous l’impose. Le moment idyllique pour le corps est de prolonger l’effet sommeil pendant l’éveil. Par exemple supprimer définitivement le petit déjeuner du matin est un véritable soulagement pour le corps et à tous les âges, enfants et adultes. Boire un verre d’eau informée au réveil avec des pensées lumineuses pour le corps et pour nos projets est une source de bien-être immédiat! Bien sûr, le travail, l’école demandent un petit excitant pour démarrer. Le seul aliment toléré le matin est le fruit frais. Commencer la journée par un bol de café, de chocolat, de céréales type muesli très à la mode écolo ou yaourts nature très grand-mère on est de suite plombé car on s’éloigne du vivant, ce vivant si près de nous et qui nous veut tant de bien! Dans nos sociétés modernes ce n’est certainement pas la matière qui nous manque, trop de matière nous asphyxie, nous encombre, nous alourdit et notre corps ne manque pas de l’exprimer par tant de symptômes incompris, des souffrances physiques ou psychiques. La nature est notre maître le plus sage. Alors en cette saison automnale, regardons nos amis les arbres ont-ils peur du manque??? Ont-ils peur de perdre toutes leurs feuilles et de passer l’hiver nu et léger??? Les arbres sont nos maîtres et nous enseignent dans le silence la sagesse du Vivant! Ecoutons- les, observons- les et entrons dans la saison plus froide (automne et hiver) libérés du poids de la matière, c’est une invitation à plus d’intériorité, de profondeur, d’écoute et de conscience. L’automne et l’hiver sont des périodes favorables au jeûne et à la monodiète (cure de raisin, cure de pommes…) ou simplement un régime végétalien. Les protéines (viande, poisson, oeuf, fromage et laitage) nous rigidifient, nous enferment, nous étriquent comme un vêtement trop petit qui nous empêchent de bouger et on n’a qu’une seule envie c’est de le retirer. Alors pourquoi est-ce si difficile de virer définitivement ce petit déjeuner? Le pain chéri, le muesli désiré, le fromage adoré sont là dans nos assiettes pour nous faire taire, oui taire nos peurs, taire la sensation du vide et du manque et ça nous emplit par une énergie de matière lourde et toute la journée on va essayer d’une manière consciente ou inconsciente de s’en libérer, le café semble nous sauver, les médicaments semblent nous soulager. Polluer est plus facile et rapide que dépolluer. La planète Terre nous le montre bien, combien d’années pour se libérer du plastique? Malgré les efforts le plastique est toujours trop présent. De même, nos intestins pollués par trop de matière anti-spécifique à notre physiologie mettent aussi des années à se libérer. Juste observer que nos aliments qui ne sont plus vivants sont comme du plastique qui polluent et obstruent la Vie!

La Vie est sacrée, respectons là !

Danie-ailes (www.goutsauvage.com) Sept. 2019

Esprit sauvage : Lettre n°35

Créer l’espace…

Créer l’espace, l’aérer, le libérer, non pas pour le remplir, mais pour lâcher le contrôle et se laisser être par ce que la vie nous offre en cadeau.

Cette proposition ne vient pas d’une réflexion mais d’une observation où j’entends au quotidien: « Qu’est-ce qu’on fait?…Qu’est-ce qu’on mange aujourd’hui?…Où on va?… »

Et surtout pendant les vacances c’est encore plus marqué, tous les espaces sont comblés, surchargés, encombrés où le stress s’invite au programme car tout est prévu et calculé à la seconde. En cette période estivale et de pleine canicule, on ne crée pas l’espace vacant comme son nom le dit, on ne se donne pas des vacances sans destination où l’inconnu et l’imprévu sont nos maîtres de sagesse. Créer l’espace dans notre quotidien mais aussi dans nos lieux: notre maison, notre jardin…Quand on enlève les « mauvaises » herbes de notre jardin (j’ai mis mauvaises entre guillemets car il n’existe rien de mauvais comme il n’existe rien de négatif, tout a un sens, tout est expérience. Dès qu’on crée l’espace, dans notre jardin, dans notre intérieur, dans l’ assiette, on se sent mieux, l’espace est allégé et on devient neuf dans une nouvelle énergie, on renouvelle ainsi le lieu en le rendant vivant et propre et notre environnement a une résonance sur notre état d’être. S’offrir un espace en paix pour permettre de se renouveler, de réintégrer son unité, sa santé, sa propre vérité où là tout devient possible. Se poser, s’offrir une pause, un espace vital pour y voir clair dans notre brouhaha d’obligations qui nous asphyxie et qui nous fait tourner comme des machines jusqu’à « tomber en panne » et accuser l’autre de nous rendre malade. Malgré nos programmes surchargés de contraintes, d’obligations familiales, professionnelles, d’habitudes aveugles, nous pouvons transformer notre quotidien par l’esprit conscient, mettre des « virgules » à nos programmes. Par exemple éliminer le pain beurre confiture, l’apéritif du soir, le barbecue flambant, la TV… et retourner à notre vraie nature, vivre nature, croquer la vie et des fruits surtout pendant les fortes chaleurs où le corps ne nécessite pas d’aliments échauffants (pain, pâtes, sucre, gâteaux…) ni d’aliments trop existants (viande, poisson, œufs, fromage, sel, alcool..) mais le corps rêve de vert, de chlorophylle et d’eau. « Se mettre au vert » comme l’expression l’indique on en a tous envie, c’est tellement libérateur !
RegChouardez ce chou vert, il est trop chou, on a envie de le croquer! Le chou vert frisé est un de mes aliments préférés et au quotidien, je le mange avec plaisir! Quand on détache ses feuilles il est craquant au sens propre et figuré! Remplacer le pain blanc et farineux par du vert chlorophylle c’est génial pour un regain de santé immédiat! Si vous préférez le concombre ou la salade, chacun ses goûts! L’essentiel est la couleur verte chlorophyllienne crue et le vide dans la tête. L’activité physique équilibre et soulage le mental (yoga, natation, randonnée…).

 
 

Bonnes vacances!
Danièle Azout Malinalli (Juillet 2019)
www.goutsauvage.com

Esprit sauvage : Lettre n°34

Le Mandala

Le principe du mandala est l’impermanence, c’est l’expression du renouvellement de la vie, mourir et renaître. Le mandala est l’expression du feu sacré pour manifester la beauté par la créativité et la nouveauté sans cesse renouvelée.
Le centre du mandala est l’Esprit, c’est le point de naissance de toute vie, c’est comme la graine qui contient toutes les informations pour se développer.
Le mandala recrée l’état vibratoire, c’est la célébration du vivant avec les 4 éléments et les 4 directions. Par les 4 points cardinaux, cette croix est à l’origine de la boussole, instrument constitué d’une aiguille magnétisée en alignement avec le champ magnétique de la Terre qui sert à se repérer, elle indique le Nord, l’expression
« ne pas perdre le nord » signifie ne pas se perdre sur le chemin de la vie.

  • L’Est c’est l’éveil, la naissance qui correspond au Printemps, à l’élément
    Eau qui donne la vie
  • Le Sud c’est le développement, l’action, le soleil est au zénith, c’est l’Eté
    et correspond à l’élément Feu
  • L’Ouest, c’est l’équilibre, l’harmonie correspond à l’Automne et à
    l’élément Air
  • Le Nord c’est la transformation, la sagesse de nos origines, nos ancêtres,
    c’est l’Hiver et correspond à l’élément Terre

Le mandala est rond comme un tambour pour nous connecter à la Terre Mère, tous les chamans ont toujours utilisé le tambour pour garder le lien à la Terre nourricière et se relier au Grand Esprit.
Bénir les aliments c’est se relier au sacré.
Par exemple: « 
Je remercie la Terre Mère, le Grand Esprit, le Divin…(nommer ce qui vous convient) qui anime les aliments porteurs de vie, pour notre santé, notre bien-être et notre bonne humeur! Merci pour l’abondance des couleurs, des saveurs, merci pour la diversité, merci à toutes les mains qui ont préparé le plat, merci pour ce moment de partage.  J’envoie toutes mes pensées d’amour à toute l’humanité pour que chacun puisse manger à sa faim et dans la joie!« 

Le mandala est le symbole de création de toute vie !

Créer un mandala avec des aliments vivants est une offrande à la Terre, un signe d ‘amour et de gratitude et le partager avec sa famille ou ses amis est un régal !


Danièle Malinalli (avril 2019)

Esprit sauvage : Lettre n°33

Le ventre nous parle !

            Oui je parle bien de notre ventre, de nos « entrailles », ce qu’il y a de plus vivant en nous, qui vibre, qui pulse, qui aime, qui grogne, qui grimace, qui aime le confort et l’espace vide. Je ne parlerai pas du ventre des femmes enceintes qui porte la vie d’un enfant, ce ventre arrondi par l’amour qui fait des vagues quand le bébé bouge.

            Je souhaite partager mon vécu, mon expérience à travers mon alimentation. Quand mon ventre est vide et que je le laisse au repos total sans aliment solide ni liquide, ni même de l’eau, c’est un bien-être immédiat après 16h de repos total. C’est facile de plus rien manger, du soir 20h au lendemain 14h, c’est ce qu’on appelle le jeûne intermittent c’est génial pour les personnes qui aiment encore manger comme moi. Ensuite pour les adeptes de jus, boire un jus vert (céleri, carotte, pomme, citron, gingembre par exemple) et ensuite attendre jusqu’à 18h ou 19h pour manger quelques fruits et légumes, c’est encore génial! J’ai trop envie de partager ce bien-être avec vous que l’on peut s’offrir à zéro frais, c’est génial n’est-ce pas ?

            Si ça vous tente, vous n’aurez l’envie que de récidiver.

            Malgré mon alimentation végétalienne et crudivore, j’ai compris que même si on opte pour la qualité alimentaire la plus spécifique et biologique, la quantité est importante pour respirer dans son corps. Voilà c’est ça, quand j’ai le ventre vide, j’ai l’impression de respirer dans mon ventre et je me sens légère, en pleine forme et avec moins de tracas dans la tête.. Alors qu’un ventre ballonné par trop de quantité, d’aliments cuits et cuisinés, ça tiraille dans le corps, ça grince dans la tête, ça broie du noir dans le coeur, tout ce qui crée cet inconfort et on se dit « fatigué ». Mais le ventre nous parle et on ne l’entend pas, c’est lui qui est fatigué par trop de digestions et d’indigestions, trop de matières, c’est trop lourd pour notre ventre joyeux qui rêve de légèreté et de sérénité. Le ventre trop dur, trop mou, trop gros, trop tendu, trop distendu, trop bavard c’est si douloureux pour le corps et l’esprit. C’est connu pour être disponible, les conférenciers, les artistes se présentent toujours le ventre vide. Les yogis sont un bel exemple d’équilibre et d’harmonie, ils ont un ventre plat, silencieux et tonique.

            Bien sûr les pratiques de yoga, de pranayama, de Tai-Chi, de Qi- Gong, de gymnastique des organes favorisent énormément cet état de bien-être et de détente.

            « Dites-moi comment va votre panse et je vous dirai comment sont vos pensées » Rabelais

            « Rien ne peut être aussi bénéfique à la santé humaine et augmenter les chances de survie de la vie sur terre que d’opter pour une diète. » Albert Einstein

            Le printemps approche alors je vous encourage à alléger vos repas et à tenter le jeûne intermittent, la monodiète aux fruits ou au jus et pour les plus motivés , un jour de jeûne sec (sans boire ni manger) ou humide (à l’eau). Le nettoyage intestinal est accéléré par les douches rectales à l’eau tiède ( 1 à 2 litres environ).

            Je vous souhaite un Printemps aussi léger qu’un envol de papillons !

Danièle Azout Malinalli (février 2019)

www.goutsauvage.com

Esprit sauvage : Lettre n°32

Le fenouil

C’est une plante dont j’ai envie de faire l’éloge car c’est un puissant allié de santé !
Le fenouil est reconnu pour ses propriétés gustatives, aromatiques, culinaires et thérapeutiques. Il est d’une grande élégance par sa forme arrondie du bulbe, ses feuilles élancées pouvant atteindre plus d’un mètre, ses graines en couronnes. Il est cultivé et se trouve aussi à l’état sauvage.

Ses propriétés sont essentiellement digestives, antispasmodiques. C’est un cocktail de vitamines et minéraux (Vit A, Vit D, Vit C, Vit E, Vit B6, B9, Magnésium, Calcium, Fer, Phosphore, Potassium. Il est riche en eau vitale et en anti-oxydants. Il est moins consommé que la carotte et pourtant le fenouil est un légume très sain! En tisane il est même recommandé pour les nourrissons.

Personnellement j’adore le fenouil en jus avec des pommes. On peut le consommer à la croque, coupé cru avec des carottes et de l’avocat, à la vapeur avec des patates douces, en soupe avec de la courge musquée…Le fenouil se marie avec tous les légumes car le fenouil apporte de la douceur à tous vos plats.

En hiver le fenouil facile la digestion, épure nos cellules, équilibre et facilite le transit intestinal par sa cellulose douce, cicatrisante et apaisante.

Ne pas hésiter à en consommer sous toutes ses formes et à tous les repas!
Son goût anisé est un régal!
Il est très décoratif coupé en rondelles, ses feuilles très aériennes avec des fleurs de calendula ravivent vos crudités.
Invitez le fenouil dans vos assiettes, il saura vous ravir et vous séduire!
Pour faire le plein de vitamines et minéraux, variez les légumes et les couleurs et consommez les légumes de saison. Les légumes sont très nombreux en hiver, les choux (chou fleur, chou vert, chou rouge…), les salades d’hiver, les carottes, les betteraves, les panais…N’oubliez pas de manger des crudités l’hiver même si le corps réclame de la chaleur. La chaleur ne doit pas apporter de la lourdeur mais de la douceur. Encore une fois le mélangisme d’aliments est la formule la plus indigeste alors que la dissociation alimentaire sont les vacances de rêve à nos organes nobles. Le besoin de chaleur est compensé par des bains chauds ou saunas et hammams et bien sûr le mouvement en plein air!

Alors bonne santé d’abord, on est tous d’accord!

Danièle Azout Malinalli
Janvier 2019
www.goutsauvage.com